16-04-2020 | Latest News , Middle East , Health Care in Danger

Covid-19 : le Moyen-Orient face à une crise sanitaire et à la menace d’un séisme socioéconomique

Les pays en proie à un conflit ont besoin d’un soutien de toute urgence pour freiner la propagation du Covid-19 et se préparer à un après-crise qui risque d’être dévastateur, prévient Fabrizio Carboni, directeur régional pour le Proche et le Moyen-Orient au Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« Le Moyen-Orient est aujourd’hui confronté à la double menace d’une épidémie massive de maladie à coronavirus dans les zones de conflit et d’une crise socioéconomique imminente qui, conjuguées, pourraient avoir de graves conséquences humanitaires.

La pandémie de Covid-19 risque en effet d’entraîner dans son sillage un séisme socioéconomique mondial, qui frappera de plein fouet les zones de conflit de la région, où des millions de personnes pâtissent déjà de la pénurie ou de l’absence totale de soins de santé, de nourriture, d'eau et d'électricité, de la perte de leurs moyens de subsistance, de la hausse des prix et de la destruction des infrastructures.

Les besoins humanitaires déjà criants vont augmenter, tandis que de nouveaux apparaîtront, si la communauté internationale ne tient pas compte, dans sa réponse à la pandémie, des risques de répercussions socioéconomiques qui y sont liés. Aussi faut-il soutenir les autorités et les intervenants locaux dès aujourd’hui, si l’on veut, demain, sauver des vies, préserver les moyens de subsistance et garantir la sécurité économique des habitants de la région.

Des mesures de santé publique certes indispensables, telles que le confinement ou les couvre-feux, font que de nombreuses personnes ont du mal à pourvoir à leurs besoins et à ceux de leur famille ou n’y parviennent tout simplement pas. Les petits commerçants ont dû fermer boutique ; les cafés sont désertés et les vendeurs de rue se sont retrouvés du jour au lendemain sans gagne-pain. En outre, le passage au télétravail pourrait laisser beaucoup de monde à la traîne. À terme, le nombre de personnes souffrant de la faim, de malnutrition, de maladies chroniques et de stress en raison de difficultés économiques risque de s’envoler.

Dans tout le Moyen-Orient, nombreux sont ceux qui vivent déjà au jour le jour, luttant pour survivre et reconstruire leur existence envers et contre tout. En Syrie, le spectacle d’enfants de l’âge des miens jouant dans des camps m’a profondément marqué. Ces garçons et ces filles font partie des millions de personnes que nous aidons au quotidien à se procurer de l’eau potable. En Irak, des mères et des veuves m'ont dit ce que notre soutien à leurs petites entreprises signifiait pour leurs familles. Ce soutien sera plus vital que jamais dans les mois à venir, alors que le monde entier subira les effets de cette pandémie.

En collaboration avec nos partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous mettons aujourd’hui tout en œuvre pour aider les personnes les plus vulnérables de la région et redoublons d’efforts pour prévenir la propagation du virus. Au Yémen, dans le cadre du soutien que nous apportons aux hôpitaux, cliniques et centres de dialyse, nous contribuons désormais à sensibiliser les personnels de santé à la prévention du Covid-19. En Syrie et en Irak, nous aidons les prisons à mettre en place des mesures de lutte contre l’infection. Nous transportons en outre de l'eau par camion-citerne vers les camps, les sites de personnes déplacées et les lieux de détention, afin que les gens puissent se laver avec de l'eau propre. Nous distribuons aussi aux déplacés et aux détenus des kits d'hygiène comprenant du savon et du shampoing.

Plus généralement, il est important que nous puissions continuer à offrir des services dans les domaines de l’eau, l’assainissement et l’approvisionnement en électricité, à distribuer des vivres et des articles de première nécessité aux ménages dans le besoin et à mener des initiatives microéconomiques – voire que nous renforcions ces services là où c’est envisageable –, si nous voulons soutenir plus efficacement des systèmes fragilisés et répondre aux besoins essentiels de la population, qui pourraient être occultés par la pandémie. En ce moment même, au Yémen, nos équipes sont sur le terrain pour enregistrer les personnes qui ont besoin d’assistance. Nous entendons, dans les mois à venir, accroître notre soutien dans toute la région, en aidant en particulier les personnes qui risquent d’être le plus durement touchées, comme les travailleurs à faible revenu, les femmes ayant charge de famille, les agriculteurs et les personnes handicapées.

Nous avons adapté nos méthodes de travail pour protéger la santé de nos employés et celle des personnes auxquelles nous portons assistance, en respectant les distances d’usage lors des distributions, en portant des équipements de protection et en changeant la manière dont l’assistance, en nature ou en espèces, est distribuée. Nous continuerons à nous adapter et à innover. Nous renforcerons notre assistance aux personnes qui en ont le plus besoin, en collaboration avec nos partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et avec l’aide de dizaines de milliers de volontaires, qui se mobilisent chaque jour d’un bout à l’autre du Moyen-Orient, pour porter secours à leurs communautés, en ces temps de pandémie et au-delà. »

Exemples d’activités de lutte contre le Covid-19 menées par le CICR au Moyen-Orient

Syrie : fourniture de kits d’hygiène ainsi que de matériel et d’équipements de protection, notamment du désinfectant, des gants, des lunettes de protection et des blouses, aux prisons centrales relevant du ministère de l’Intérieur ; mise en place de mesures de prévention dans l’hôpital de campagne géré conjointement par le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien dans le camp d’Al-Hol ; distribution de kits d’hygiène pour trois mois destinés à 750 000 personnes déplacées.

Irak : fourniture de matériel et d’équipements de protection – désinfectant, gants, lunettes de protection et blouses, notamment – aux structures de santé et aux lieux de détention à travers tout le pays (à ce jour : 18 centres de soins de santé primaires, 2 hôpitaux et 15 centres de réadaptation physique, ainsi que 27 lieux de détention accueillant plus de 45 000 détenus).

Yémen : mise en place de formations, diffusion d’informations à caractère préventif et distribution de matériel dans les hôpitaux, les centres de soins de santé primaires et les centres de dialyse soutenus par le CICR, en plus du soutien courant apporté à ces structures ; organisation de campagnes publiques d’information, avec notamment des spots radiophoniques sur les mesures de prévention du Covid-19.

Gaza : fourniture de 20 000 masques et d’autres équipements de protection au Croissant-Rouge palestinien ; fourniture de couvertures, de matelas et de kits d’hygiène aux autorités pour soutenir les mesures de quarantaine ; fourniture de thermomètres infrarouges pour le dépistage des cas suspects ainsi que d’autres équipements médicaux.

Liban : soutien à l’hôpital universitaire Rafic Hariri, principal centre de dépistage et de traitement du Covid-19 dans le pays, afin de renforcer son action et sa capacité d’accueil ; collaboration avec les autorités pénitentiaires de la prison de Roumieh en vue d’améliorer les installations et d’aménager un quartier d’isolement pour les cas suspects et confirmés.

Jordanie : fourniture de matériel d’hygiène et d’équipements de protection pour les lieux de détention et les établissements pénitentiaires ; mise en place de mesures de prévention dans le cadre des programmes de transferts monétaires en faveur des réfugiés syriens.

Iran : soutien à la Société du Croissant-Rouge de la République islamique d’Iran, qui dirige l’action menée pour faire face au Covid-19 et fournit des services dans plusieurs domaines, tels que la désinfection des prisons, le dépistage et le traitement des patients, l’organisation de campagnes publiques d’information et le soutien aux moyens de subsistance des personnes vulnérables touchées.

Besoins humanitaires et action du CICR au Moyen-Orient

·         La moitié des structures médicales ne sont pas opérationnelles en Syrie et au Yémen.

·         Trois des cinq principales opérations humanitaires menées par le CICR en 2019 étaient au Moyen-Orient (Syrie, Yémen et Irak).

·         Rien que dans ces trois pays, quelque 40 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire.

·         Le CICR fournit un soutien dans le domaine de l’eau et de l’assainissement aux autorités de la région – Syrie, Yémen, Irak, Jordanie, Gaza et Cisjordanie, et Liban.

·         En 2019, le CICR a fourni une aide alimentaire à deux millions de personnes au Moyen-Orient.

 

Informations complémentaires :


Ingy Sedky, porte-parole du CICR en Syrie, +201005770750, isedky@icrc.org 

Yara Khaweja, porte-parole du CICR au Yémen, +961 70 661 374, ykhaweja@icrc.org 

Sahar Tawfeeq Sulaiman, porte-parole du CICR en Irak, +964 7901916927, sessa@icrc.org 

Sarah Alzawqari, porte-parole du CICR pour le Moyen-Orient, +961 3138 353, salzawqari@icrc.org 

Ruth Hetherington, porte-parole du CICR pour le Moyen-Orient, +41 79 447 3726, rhetherington@icrc.org 

ou sur notre site : www.cicr.org 

Visitez aussi la page du CICR sur la protection des soins de santé : www.healthcareindanger.org

 

Duration : 6m 56s
Size : 997.4 MB
On Screen Credit: ICRC or logo

More Related News